top of page

Résumé de la pièce

"Deux femmes en tenue décontractée au bord d’une piscine, se remémorent leur rencontre, plongeant les spectateurs avec elles dans leur passé. 

1984 : Ces mêmes femmes ont alors une vingtaine d’années et viennent auditionner en vue d'un tournage, ignorant qu’il s’agit d’une célèbre marque de chaussures, les Pompes Lair, qui souhaite réaliser une publicité.

La toute première est chanteuse, la seconde est comédienne…

 

 La rivalité oppose au départ ces deux artistes au caractère bien trempé. Elles finiront par se découvrir et faire découvrir au  public

qui elles sont. La pièce propose des scènes comiques et des dialogues riches en jeux de mots, qui sont tour à tour graves, amusants, ironiques et abordent en réalité des thèmes importants, encore d’actualité de nos jours.

 

Pour raconter tout cela, elles ont deux armes principales : des phrases incisives et…

un charme fou ! Vous les découvrirez à travers des dialogues savoureux en duel et en duo, ou plutôt vice-versa !

Qui sont-elles ?

Une chose est sûre, elle sont : de vraies Stars… pas si 84 que ça !"

Note des auteurs

Mon coauteur et moi parlions beaucoup de nos souvenirs, et avions très envie de les partager.

Et puis, après tout, pourquoi pas les revivre ? Mais de quelle façon ? Puis l’idée d’écrire nous a effleurés, devenant de plus en plus une évidence. Et dans ces souvenirs, qu’est-ce qui nous a le plus marqué ?

Les années 80 ! Elles sont nos belles années. Celles de notre adolescence, de nos bons souvenirs fluorescents, nos vestes épinglées de nombreux badges, les jeans délavés assortis et déchirés aux genoux (au grand regret de nos parents), les cheveux crêpés pour les filles, la coupe "mulet" pour les garçons, les bracelets en caoutchouc et les bandanas autour du cou. Le casque du walkman avec les embouts en mousse orange flanqué sur les oreilles, on marchait dans la rue en conquérant, en pensant vivre dans un vrai vidéoclip du TOP 50.

Un soupçon d’insouciance et une pincée de liberté régnaient alors. Puis on a grandi, pour finir par devenir « les vieux » des plus jeunes - à notre tour - sans vraiment s’en rendre compte. Pourtant, les années 80 sont toujours « dans le vent », et leurs tubes restent indémodables.

Aujourd’hui, ces personnes qui ont vécu, qui ont fait cette période, ont entre 45 et 60 ans. Qui mieux que celles-ci pourraient « raconter » nos années collège ? Grâce à un célèbre réseau social, nous avions repéré une pièce de théâtre qui se jouait sur Paris.  C’est en allant la voir que nous l’avons appréciée et avons eu aussi la chance de faire la connaissance de deux comédiennes, ma foi, très très sympathiques !

Aujourd’hui, ces comédiennes devenues des amies (et non des mamies), ont près de la cinquantaine, voire un peu plus. C’est au fur et à mesure de notre amitié que nous avons pu mesurer la difficulté de « décrocher un rôle » pour ces femmes. En effet, comme l’écrit l’AAFA (Actrices Acteurs de France Associés) - Tunnel de la comédienne de 50 ans :

« Les femmes constituent la plus grande proportion d’artistes - interprètes de 20 à 35 ans, mais autour de 50 ans, ce sont les hommes qui sont majoritaires. A partir de 50 ans, les femmes développent un super pouvoir : elles deviennent  invisibles. Surtout à l’écran ! Et c’est donc en pleine maturité professionnelle que les comédiennes de 50 ans affrontent le grand vide ».

Nous déplorons cette vérité. Oui, cette vérité qui est appuyée par l’anecdote suivante : Nous avons fait lire « Stars pas si 84 que ça ! » à plusieurs personnes, et  en particulier à une comédienne professionnelle d’une quarantaine d’années. Avant même que nous ayons expliqué notre démarche, nous nous sommes entendus dire qu’il fallait « 4 comédiennes ! Deux « vieilles » pour l’introduction et la fin, et deux "jeunes" pour les actes 1 et 2 », qu’il n’était « pas possible de faire jouer des jeunettes de 20 ans par des vieilles de 50 ans », qu’on allait « droit dans le mur », et que c’était « invraisemblable ». Nous sommes restés bouche bée devant sa réaction qui confirmait bien malheureusement ce que l’AAFA décrivait. Catastrophique : même certaines comédiennes étaient formatées, et finissaient par trouver une logique à cette injuste vision.

 

Qu’à cela ne tienne : le défi était relevé ! Il n’en fallait pas plus pour nous conforter dans notre choix de mettre à l’honneur nos deux comédiennes de cinquante ans et souhaitions non seulement leur redonner leur « visibilité », mais aussi ne pas les cantonner à des rôles de grand-mères.

 

Elles camperaient nos deux personnages, d’une vingtaine d’année ! Et pourquoi pas ? Et pourquoi on n’inverserait pas les rôles ?

 

Juliette Binoche a déclaré récemment :

« La vie ne s’arrête pas à 50 ans : la peau change, mais la vitalité demeure. ».

 

C’est pour toutes ces raisons que s’est accentuée notre volonté de raconter, mais aussi de dénoncer avec humour et calembours, un morceau de notre culture et de notre société à travers deux personnalités féminines, féministes et de caractère. Elles sauront vous embarquer avec rythme dans notre vision délirante et nos pensées déjantées !

 

Mais toujours avec 80 % de vérité et 20 % de fiction.

 

Si, si, on vous l’assure !

bottom of page